Accueil Table des
matières
Forum Compteur pour tout le site : 5 697 156
Nombre actuel de lecteurs : 30
Base HP
Calculs enceintes
Moteur de
recherche
Lexique
Le site
Contact
Notions
techniques
Baffles et
enceintes
Le filtrage
Calculs des filtres
Réalisations
et plans
Autour des HP
et enceintes
Mon système Hors sujets

image121-4.jpg


Les conneries commerciales

Mise à jour : 2011-05-09.


Interrupteur marche / arrêt :

Éteindre ou pas les appareils ?

De plus en plus d'amplis plus ou moins haut de gamme ont le bouton Marche / Arrêt situé en face arrière.
La raison technique invoquée et de ne pas faire traverser le courant secteur a travers l'ampli pour éviter les perturbations électrique.
Ce point serait a la limite acceptable si le transformateur était placé lui aussi au plus prés de la face arrière.
Ce n'est pas souvent le cas en pratique, et ce n'est pas réalisable si l'ampli à plusieurs transformateurs.
D'autre part vous ne me ferez pas croire qu'il est impossible de rajouter un bout de tôle plié magnétique ou non, ou un pavé en aluminium usiné, pour isoler le câble secteur qui traverse l'ampli de part en part.

Si la raison n'est pas technique, elle est économique.
Un bloc prise secteur et interrupteur est bon marché.
Le hic est que nous sommes en moyen ou haut de gamme.
Vous ne trouvez pas que cela fait désordre d'économiser quelques € sur un appareil vendu 1000, 2000, 5000 € ?
Réfléchissez, on vous vend fort cher une solution utilisé sur un vulgaire PC.
Et les appareils Japonais ou Chinois bas de gamme ont l'interrupteur secteur en face avant.
Le monde à l'envers (ou l'interrupteur au moins). Même pas l'excuse de dire que les pays asiatiques sont aux antipodes.

Quand en plus le fil secteur passe au dessus du circuit imprimé, comme ci-dessous, je reste sans voie.
Imaginez le passage du fil secteur sur le coté droit au gauche jusqu'a un interrupteur dans un angle de la face avant. (Il y a même la fonction prévue sur le circuit imprimé en haut à droite).

image01.jpg

Au niveau ergonomie c'est lamentable et inutilisable.
Je range mes appareils dans un meuble. Regardez la photo ci dessous, et imaginez l'interrupteur du tuner ou de l'ampli DENON en face arrière. Comment faites vous en pratique ?

image71.jpg

Mon installation est utilisée par toute la famille.
Puis-je demander à mes enfants ou mon épouse de passer un bras derrière les appareils pour les mettre sous tension, au risque de débrancher un câble juste a coté ?
Les fabricants se moquent du monde, et se privent de ventes éventuelles, quelque soit la qualité de leurs produits.

Sur un forum, Hervé me faisait remarquer que cela permet de faire la poussière en passant le bras !!!

 

Deux ou trois ans après avoir écrit cette parti, je ne constatais aucun changement dans le matériel testé dans les revues spécialisées.
L'ergonomie élémentaire n'est-elle pas un critère de vente ?
Je crois utile de rappeler que certaine marque d'amplis de sono ont aussi une gamme studio sans ventilateurs, avec une qualité irréprochable, et des prix plus qu'attrayants.
Je vais être obligé d'indiquer beaucoup plus cette solution, tant pis pour vous.


Aluminium ;

La mode dans le haut de gamme est a l'aluminium usiné de forte épaisseur pour les faces avants, parfois les cotés, et parfois pour l'appareil complet taillé dans la masse.
Il y a des perles dans les bancs d'essais : "Usiné sur un tour à commande numérique".
les termes de fraiseuse ou aléseuse à commande numérique, pour l'usinage d'un coffret complet, me semblent plus justes.
Je frémis aux sujet des autres arguments pour lesquels je n'ai pas la connaissance assez fine des choses...
J'achète de l'électronique, pas des copeaux de ferraille.
Ces coffrets coûtes trop cher a fabriquer, et je refuse de payer le kg de copeaux au prix des transistors, quand ce n'est pas au prix du rêve.
J'achète une qualité d'écoute au prix le plus juste.
La tôle peinte de mon bon vieux préampli AUDIOANALYSE (transformé en préampli passif) est suffisante.
Le son ne sera pas plus mauvais si la face avant est en plastique.


Boites à CD :

La plupart des CD sont vendus dans une boite "cristal".
Faites tomber une fois la boite de 50 cm de haut, et elle est cassée. Cela fait 25 ans que cela dure.
Il existe d'autre matériaux, tel celui des boites de DVD, beaucoup plus résistant. Alors pourquoi ne pas changer ?
Ne pensez vous pas qu'il y aurai moins de gens qui chargeraient leur musique via Internet si la qualité de la chose vendue était à la hauteur des attentes ?

Certain CD sont vendus dans une boite en carton.
Sortez 20 ou 30 fois le CD et il est rayé. Ce n'est pas mieux.



Le bêtisier des câbles

Mise à jour : 2011-05-08.


Assez de sérieux et si nous rigolions un peu ?

Il y a quelques perles dans les pub de nos chers constructeurs et marchants qui méritent vraiment d'être relevées.
Je ne remets pas en cause leur travail, je ne doute pas qu'il est fait sérieusement.
Mais parfois leurs propos prête à sourire.
C'est uniquement le but recherché et c'est pour cela que les sources ne seront pas citées.


Inachevé :

La revue du son d'avril 2009 a testé quelques câbles de modulation.
Sur l'un d'entre eux, à 250 € les 2 x 1 m, nous pouvons lire la chose suivante :

<< Pour être tout à fait franc, et pour commencer par le moins agréable, ces câbles sont une véritable plaie à faire fonctionner. Nous avons du nous y reprendre à trois fois, et avec de grandes précautions pour ne pas casser la tige en plastique au centre. (Surtout que l'embout en lui même coûte 45 €, de quoi se convaincre d'y faire attention). >>
<< Cependant j'hésiterai à le prendre chez moi tant je trouve son installation agaçante. >>
<< Le prix à payer était une ergonomie très agaçante. >>
<< Le 47Lab, très énervant à utiliser (a réserver aux audiophiles gravement atteints!), ... >>

Vous reconnaissez le style très soft des journalistes qui caressent les annonceurs dans le sens du poil...
Nous avons affaire a un infâme truc bidulique, sans la moindre soudure, avec le fil du point chaud enroulé autour d'une âme en plastique, avec le fil de la masse qui se coince entre une bague plastique et la prise métallique de l'appareil à brancher, avec rigoureusement aucune garantie d'avoir un bon contact, sans aucun blindage.
Le plus grave et qu'il y a des gogos qui vont l'acheter.
Permettez moi de dire que si vendeurs et fabricants ne sont pas blanc comme neige, il faut manquer complètement de discernement pour acheter un truc pareil. Rare sont les cas ou l'on peut mettre toutes les parties dans le même sac.
Messieurs de 47 LAB, vous avez rien d'autre à faire ? 45 € pour les embouts en plastique, vous n'avez pas honte ? De qui vous moquez vous ?
Acheteurs lisez donc le chapitre concernant les boucles de masse, et arrêtez de jeter vos sous par la fenêtre.


Câble :

La première grosse bêtise est d'avoir mis le produit en vente, la seconde est d'avoir, ne serait-ce qu'un dixième de seconde, envisagé de l'acheter.

image731.jpg

 

Rayons gamma :

"...pour rendre les câbles insensibles non seulement aux radiofréquences mais aussi aux perturbations magnétique et aux rayons gamma".

Vous avez bien lu "aux rayons gamma".
Sur terre, vous ne les trouvez qu'a proximité immédiate des accélérateurs de particules du CNRS.
Et compte tenu de la dangerosité de ces rayons, les scientifiques ont fait ce qu'il fallait pour qu'ils ne sortent pas des bâtiments.
Les rayons X sont déjà pas vraiment sympa, les rayons gamma ne sont pas pire ni meilleur.

En effet, les rayons X et Gamma ont les même propriétés physico-chimiques et leur seule différence vient de leur mode de production.
Les X sont produits par la décélération d´un faisceau d´électrons à grande vitesse sur une cible de tungstène alors que les Gamma sont produits par le réarrangement des couches profondes de la couverture électronique d´un atome.

Et si les perturbations magnétiques sont à prendre en compte prés des accélérateurs de particules, chez vous elles sont vraiment minimes et négligeables.

La pub vante tout, même et surtout ce qui ne sert pas...
C'est si dévalorisant que cela de dire simplement "avec un blindage efficace" ?

Gilles me fait la remarque suivante :
Je suis en partie d'accord avec vous mais les rayonnements ionisants dont les rayonnements photoniques et gamma participent à ce que l'on appel le "vieillissement" des isolants.
Cela se traduit par des micro décharges... que vous connaissez sans doute bien dans les problèmes des câbles audio.
L'EDF a fait quelques études sur le vieillissement (il y a bien sûr bien d'autres phénomènes plus importants à prendre en compte d'abord...!) qui prend en compte les rayonnements (appelons les électromagnétiques et tout le monde sera content...!).


Trop bon :

C'est une boutade "Il va devenir difficile de trouver les appareils a mettre entre tels câbles".
Déjà, ce sont les câbles que l'on met entre les appareils et non l'inverse...
Les appareils parfaits n'existent pas. Certain, pragmatique, compense les défauts de leurs appareils par les défauts de leurs câbles. Ma fois si cela marche...
Mais quand le câble devient "tellement bon" que l'on ne trouve pas d'appareils qui acceptent cette compensation, ce n'est pas compliqué, on n'achète pas le câble...

La haute fidélité est la recherche de la perfection.
La compensation est le produit masquant. Et quand on masque, c'est qu'on est pas fidèle.


Temps de chauffe :

"Il améliore l'ensemble des paramètres subjectifs, réduit le "temps de chauffe" et les variations de musicalité d'un jour à l'autre."

Pour réduire le temps de chauffe il faut qu'il y ai plus de courant qui passe. Hors votre appareil ne consommera pas plus de courant parce que vous avez changé le câble secteur.
C'est un propos de journaliste, pur et dur, qui n'a peur de rien...


Nanotechnologie :

"Le "frottement" des électrons dans les câbles crée des vibrations moléculaires qui vont bien au delà des problèmes électriques ou mécanique pour se rapprocher de l'acoustique nanométrique et faire intervenir des phénomènes quantiques que nous sommes, aujourd'hui encore, incapable de mesurer sérieusement."

Je n'ai jamais entendu parler à ce jour d'acoustique nanométrique...
C'est un propos de journaliste, pur et dur, qui n'a peur de rien... Le même que ci-dessus ? Il faudra que je vérifie...

Gabriel souhaite expliquer aux néophytes pourquoi c'est faux, avec un exemple compréhensible par tous :

D'une part les électrons qui conduisent le courant se trouvent dans la bande de conduction, bande qui se trouve "entre" les atomes.
D'autre part l'ordre de grandeur n'est pas le même, un électron a une masse de 9,109.10-31 kg, un atome de cuivre (que je prends comme référence) 1.0537.10-25 kg. Cela correspond à un écart de quasi 107 kg.
C'est la même différence qu'entre une brique de jus d'orange et le Titanic. Est ce que vous pouvez imaginer qu'une brique de jus d'orange fasse dévier le Titanic de sa trajectoire ?

Silvio a un avis différent.

Je suis étudiant en physique et je crois avoir décelé un petit abus dans la section bêtisier de votre site :

La théorie de Gabriel est juste seulement en supposant un électron qui percute un atome de cuivre ce qui est fort éloigné de la réalité physique : Prenons un cas qui s'en rapproche plus.
Prenons un fil de cuivre de 2mm de diamètre alimentant un enceinte de 8 ohm en 1W, et supposons que les électrons se déplacent d'une manière homogène dans tout le volume du fil (ce qui n'est pas vrais mais cette approximation simplifie les calculs et je me la permet seulement car elle désert ma thèse).
Dans ce cas chaque atomes de cuivres est traversé par pas moins de 23 800 électrons à chaque seconde.
Pour reprendre la métaphore précédente je ne suis pas si sûr que le Titanic se porterai si bien s'il recevais 24 000 briques de jus toutes les secondes...
Cependant cette apparente violence est en fin de compte tout de même négligeable pour le résultat final et produit en fait un échauffement du fil en question et un léger champ magnétique ce qui sont des phénomènes (heureusement) parfaitement maîtrisés.
Pour reprendre les propos du "journaliste" en effet ces "vibrations moléculaires" (le cuivre est composé d'atome et non de molécules soit dit en passant)  vont au delà des problèmes électriques et mécanique puisqu'il en résulte des problèmes thermiques et magnétiques. Il a aussi raison sur le fait de la non mesurabilité des phénomènes quantiques mais là encore les effet sont difficilement mesurable en laboratoire, voir impossible a mesurer et donc logiquement les imperfection crées sont très négligeable comparé a l'imperfection des systèmes audio.
En conclusion ce vendeur ( je préfère ce terme qui est plus proche de la réalité car mes parents sont journalistes et celui qui a écrit ce texte n'en est manifestement pas un ) ne fait que dire une partie de la vérité pour servir ses fins mais ne profère pas de mensonges.
Je sais que ce n'est qu'un détail mais ne dit-on pas que tout n'est qu'un ensemble de détails ?

La vérité sort des échanges de point de vu.
Si j'avais eu l'avis de Silvio dès le début, je n'aurai certainement pas mis le morceau d'article dans le bêtisier.
Compte tenu qu'il y ai depuis plusieurs années, l'ensemble des réponses se doit d'y figurer.


Plus vite que la lumière :

Cette dernière technique (technique de dissymétrie de phase DDP) permet (en déséquilibrant la phase et le neutre de façon contrôlée), une accélération de la propagation des électrons, générant une bien meilleure dynamique.

Ce propos ne concerne pas les câbles, mais un filtre secteur. Mais ce n'est pas loin de notre sujet tout de même.
Les électrons se déplacent à la vitesse déjà de la lumière et ne peuvent pas aller plus vite... Mensonge pur et simple...

Niiico m'envoie la remarque suivante :

La propagation de l'influx électrique se fait à une vitesse voisine de celle de la lumière (aux effets capacitifs près), mais ce n'est pas pour autant la vitesse des électrons qui le constituent. Ceux-ci voyagent plus modestement à quelques millimètres ou centimètres par seconde, en fonction de l'intensité du courant et de la section du conducteur
Cette citation provient de
http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_électrique.

Je prends acte de cette remarque pertinente. Si l'influx électrique ne change pas de vitesse, quelle peut être l'intérêt d'augmenter la vitesse des électrons ?



Le bêtisier

Mise à jour : 2011-05-04.


Bornier d'enceinte :

"Ici deux points ont été améliorés. En premier, le joint de suspension du médium et la colle utilisée sont de meilleure qualité que la présérie. Second point, le bornier classique a été remplacé par un bornier haut de gamme WBT NextGen. Ces deux améliorations vont dans le sens d'une plus grande neutralité et surtout d'une meilleure transparence à l'écoute. Reconnaissons-le, l'apport du bornier est l'amélioration la plus remarquable. En effet, la majorité des borniers affadissent le son. Ici le WBT est d'une neutralité extrême. Son importance a donc un véritable sens sur des produits haut de gamme comme ce vaisseau amiral. Cette modification qui coûte plus cher à l'achat que le précédant bornier n'a pas entraîné une augmentation du prix de la paire d'enceinte."

Les borniers n'étant pas composés de résistances, selfs et condensateurs, je ne vois pas la perte qu'ils peuvent apporter au signal, a moins d'être réalisé dans un matériaux complètement inadapté, ou raccordés avec un fil particulièrement mal soudé.
Le prix d'achat en gros par les fabricants est sans rapport avec le prix de vente au détail a un particulier. Il y a sans doute une petite différence de prix, certainement compensé par une politique d'achat dans des quantités plus importante.


Masse, encombrement et écologie :

N'essayez pas de placer ces amplificateurs dans un meuble, aucun n'est suffisamment gros ou/et résistant pour les accueillir.

Je veux bien admettre que pour des blocs amplificateurs en mono de 48 cm de large, 71 cm de profondeur et 100 Kg pièce, il n'est pas facile de trouver un meuble du commerce pour les recevoir.
En réalisation spéciale sur commande chez un ébéniste, l'encombrement et la masse ne sont absolument pas un problème.
Le conseil judicieux aurait été de dire de ne surtout pas enfermer dans un meuble des blocs mono de 1000 W en classe A, parce qu'ils chauffent beaucoup. (Transfo de 2000 VA). Conseil trop technique pour un journaliste ?

En effet lorsqu'ils sont chargés les ../.. peuvent fonctionner une longue période, même déconnecté du secteur. Leur capacité de stockage est telle. Pour le coup, ça c'est écolo.

Parler d'écologie en testant des amplis classe A de 1000 W, j'appelle ça se foutre du monde, ni plus, ni moins.


Égaliseur :

En langage ésotérique cela devient :

Le précédé Room Perfect qu'intègre notre système permet d'ajuster précisément la correction en fonction de la symbiose qui doit se créer entre les enceintes et la pièce d'écoute.
On peut rapprocher le fonctionnement du système Room Perfect du dispositif qu'exploite certains systèmes Home cinéma pour s'auto calibrer. Un système numérique fait émettre aux enceintes une série de sons calibrés et un micro détermine les artefacts qui apparaissent : creux, bosses de bande passante, ect...


Équivalences Diamètre et Surface :

C'est un sujet qui revient souvent.
Peu d'enceintes ont des HP de graves de grand diamètre. Les constructeurs préfèrent utiliser plusieurs haut-parleurs de petit diamètre.
Les journalistes nous expliquent les équivalences de façon un peu trop flatteuses.
Il y a eu deux haut-parleurs de 17 cm équivalent à un haut-parleur de 30 cm. En hauteur, certainement, mais pas en surface.
Il y a eu aussi deux haut-parleurs de 17 cm équivalent à un 24 cm, ce qui est un peu mieux sans être juste pour autant.

Il faut retenir que c'est la surface de la membrane qui pousse l'air et que c'est donc une comparaison des surfaces utiles qu'il faut effectuer.
Voici les surfaces et équivalences qui ne donnent pas prise à la critique calculée par la base de données, dont les valeurs recopiées ci-dessous ont été mises à jour le 6 juillet 2008 :

  • Un haut-parleur de 8 cm à une surface moyenne de 30.8 cm2, écart type 1.4 cm2 soit 4.6%, sur 16 références.
  • Un haut-parleur de 10 cm à une surface moyenne de 52.0 cm2, écart type 3.0 cm2 soit 5.9%, sur 49 références.
  • Un haut-parleur de 13 cm à une surface moyenne de 82.2 cm2, écart type 9.5 cm2 soit 11.6%, sur 134 références.
  • Un haut-parleur de 17 cm à une surface moyenne de 134.3 cm2, écart type 9.5 cm2 soit 8.1%, sur 236 références.
  • Un haut-parleur de 21 cm à une surface moyenne de 215.1 cm2, écart type 16.4 cm2 soit 7.6%, sur 266 références.
  • Un haut-parleur de 25 cm à une surface moyenne de 343.8 cm2, écart type 27.3 cm2 soit 7.9%, sur 235 références.
  • Un haut-parleur de 31 cm à une surface moyenne de 518.3 cm2, écart type 25.9 cm2 soit 5.0%, sur 376 références.
  • Un haut-parleur de 38 cm à une surface moyenne de 851.2 cm2, écart type 39.2 cm2 soit 4.6%, sur 455 références.
  • Un haut-parleur de 46 cm à une surface moyenne de 1192.9 cm2, écart type 68.6 cm2 soit 5.7%, sur 120 références.

Certain écart type un peu important sont dues a mon classement un peu restrictif en terme de catégories.
Avec ces chiffres, on calcule facilement que :

  • 2 haut-parleurs de 17 cm font 268.6 cm2, c'est plus qu'un 21 cm et moins qu'un 25 cm.
  • 3 haut-parleurs de 17 cm font 402.9 cm2, c'est un peu plus qu'un 25 cm.
  • 4 haut-parleurs de 17 cm font 537.2 cm2, c'est équivalent à un 31 cm.
  • 2 haut-parleurs de 21 cm font 430.2 cm2, c'est plus qu'un 25 cm et moins qu'un 31 cm.
  • 3 haut-parleurs de 21 cm font 645.3 cm2, c'est plus qu'un 31 cm et moins qu'un 38 cm.
  • 4 haut-parleurs de 21 cm font 860.4 cm2, c'est équivalent à un 38 cm.

Je ne doute pas une seconde qu'un journaliste n'hésitera pas à prendre la surface de deux 17 cm + 3 écarts types, pour comparer avec la surface d'un 25 cm - 3 écarts types. (306.6 cm2 et 261.9 cm2).
Avec le couplage acoustique des haut-parleurs entre eux, oui on peu parler d'équivalence.
Mais n'est-ce pas un peu tiré par les cheveux ?


Valid HTML 4.01 Transitional

Merci pour votre visite.

Logo du site : Conception des enceintes acoustiques

Il y a un savoir vivre élémentaire qui consiste à demander l'autorisation avant de reprendre tout ou partie de ce qui est écrit dans ce chapitre.
Ne pas respecter ce droit élémentaire vous expose à des poursuites sous toutes les formes légales et moins légales.